Comment créer un bon flyer ? 7 règles à suivre !

Le flyer est un tract publicitaire largement utilisé dans le street marketing. C’est un outil qui permet de promouvoir un produit, un service ou un événement auprès d’un public large et diversifié, que pourrez toutefois cibler en jouant sur le point de distribution. S’il est aujourd’hui indispensable pour une promotion à grande échelle, le flyer doit être pensé différemment dans un contexte marqué par le boom de la communication web. La forme du message et la qualité de la finition de l’objet sont des éléments auxquels il faudra prêter une attention particulière. Découvrez dans cet article nos sept conseils pour créer un flyer percutant.

#1 Bien définir sa cible

distribution de flyersUn flyer, comme tout autre support publicitaire, a pour but de faire passer un message percutant susceptible d’accrocher l’attention d’une cible déterminée. Pour réussir son pari, il faudra répondre efficacement à un certain nombre de questions : à qui s’adresse le message ? Quelle est la nature du public cible, combien sont-ils ? Quels sont les lieux qu’ils fréquentent ? A quelles heures de la journée ? Quel est le mode de distribution le plus adéquat ? Pour répondre à cette dernière question, envisagez un test A/B avec un par exemple une distribution par un agent ou via un présentoir et comparez les résultats !

#2 Déterminer une offre ou un message à véhiculer

Misez sur la simplicité ! Généralement, les prospects ne passent que quelques secondes devant un flyer : il est par conséquent conseillé de mettre en avant les informations principales et d’éviter les messages diffus et complexes. Plus le flyer est clair et concis, plus vous aurez de chances que les lecteurs comprennent instantanément votre offre et s’en souviennent.

flyer avec offre saint valentin

#3 Mettre en place un plan de rédaction et soigner l’accroche

Conçu en quelques blocs de textes, le flyer sera plus facilement parcouru. Chaque bloc devra avoir une fonction précise : accroche, problème, solution, coordonnées… En outre, il existe des expressions toutes simples pour capter l’attention du prospect. Favorisez des adjectifs comme « facile », « rapide », « offre limitée », etc.

#4 Provoquer le désir d’achat chez le prospect

Le meilleur moyen de provoquer l’acte d’achat chez le lecteur, c’est de valoriser les bénéfices de son offre : une raison qui le pousserait à choisir cette offre et pas une autre. Autre astuce : proposez dans la mesure du possible une offre spéciale ou une remise pour ceux qui ont reçu votre tract publicitaire en le transformant par exemple en bon de réduction.

#5 Travailler la forme du message et des images

modèle de flyersPour espérer que le prospect s’intéresse sérieusement à votre flyer, il faut d’abord que la présentation soit séduisante. On dit que la forme n’est que le fond qui remonte à la surface. Une présentation professionnelle aura le mérite à la fois de valoriser le message à véhiculer mais aussi de ne pas entamer la crédibilité de votre entreprise. Pour ce faire, il faut jouer avec les couleurs, la taille des textes et les polices d’écriture. L’insertion d’images d’excellente qualité viendra valoriser un peu plus l’aspect esthétique de votre flyer. Mais attention à ne pas tomber dans l’utilisation abusive de petites images, cela pourrait justement produire l’effet contraire.

#6 Choisir le bon support

Papier, grammage, format… le support sera décisif pour la portée de votre message. Il s’agira d’être cohérent et de veiller à ne pas desservir le produit par un flyer peu professionnel. Un support bas de gamme pour un produit haut de gamme entamera sérieusement votre crédibilité. Quelle que soit votre cible, préférez toujours un papier avec une bonne tenue (115 g) et une impression réalisée par un professionnel certifié Imprim’vert, comme Flyerzone. Effet garanti !

#7 Bien prévoir votre budget

Enfin, il est impératif de bien déterminer votre budget avant de lancer votre projet de création de flyer ou autres supports de communication, car le coût global du projet peut rapidement être important et demander du temps et de l’énergie. Le choix d’un imprimeur en ligne permet de bénéficier du meilleur rapport qualité/prix, tout en s’accordant sur des plafonds à ne pas dépasser.

HP s’associe avec CMYUK pour conquérir des nouveaux marchés

HP annonce un partenariat avec CMYUK, un fournisseur d’imprimantes grand format, pour se positionner sur des secteurs clés du marché de l’impression. Une opportunité pour HP d’évoluer sur de nouveaux marchés.

HP souhait accéder à des nouveaux marchés

Ce partenariat entre HP et CMYUK va permettre de se placer sur des marchés à croissance rapide comme l’impression textile, de décoration et le marché de la mode. HP s’est associé avec CMYUK pour trois raisons : leur connaissance du marché industriel de l’encre, leur connaissance des imprimantes HP et leur capacité de démonstration, à la pointe de la technologie, mettant en valeur tout le processus d’impression et de finition.

Opportunité de croissance pour le grand format

Avec les avancées significatives des dernières machines HP et la dernière génération d’encres HP Latex, plus résistantes et durables, HP voit une opportunité de croissance pour ses machines grand format. Pour CMYUK, la technologie HP Latex est parfaitement adaptée aux standards de l’impression textile en terme de qualité et de durabilité. La salle d’exposition de CMYUK va mettre en avant les produits HP dans le but de réussir ce pari.

Les 5 plus grandes erreurs dans la conception des affiches

Une affiche n’est ni un dépliant ou un flyer agrandi, ni une grande carte de visite. Lors de la conception, il est important de tenir compte des circonstances particulières dans lesquelles l’affiche est vue et lue. Imprimeriedumaroc.com a compilé les 5 plus grandes erreurs lors de la de conception d’une affiche.

1. Plusieurs designs ou accroche-regards

Vous voulez que votre affiche publicitaire soit aussi attrayante que possible: attention. Pour ce faire, votre design a besoin d’une vue sous forme d’image, parfois de texte. Utilisez un motif pour établir des priorités claires et éviter la compétition entre plusieurs sujets ou entre l’image et le texte. Ce n’est qu’avec beaucoup de sensibilité et d’expérience que l’image et le texte peuvent être combinés en une seule unité sans se faire concurrence.

Ne pas faire:

Faire:

2. Trop de texte

Les affiches sont l’un des rares documents publicitaires que l’on voit souvent dans la publicité. Selon l’endroit, il se peut aussi que les passants passent un peu plus de temps qu’avant, par exemple à un arrêt de métro, mais même ici, en tant que concepteur, vous n’avez pas la certitude que le spectateur prend réellement le temps d‘analyser votre affiche, votre publicité.

Ne pas faire:

Faire:

3. Proverbes

Un petit texte, mais une phrase rapide – c‘est une bonne idée. Mais évitez les dictons habituels et bien connus comme « Celui qui rira bien, rira le dernier » – assurez-vous d‘être un bon rédacteur !

Ne pas faire:

Faire:

4. « Sex sell’s »

C’était au moins un peu plus tôt, mais il reste à savoir si c’était effectivement le cas. Bien sûr, votre affiche doit attirer l’attention, mais votre publicité sera mieux mémorisée lorsque l’image correspondra au produit. Parlez à l’image des émotions, mais évitez les symboles sexuels des années 80, vêtus et complètement interchangeables.

Ne pas faire:

Faire:

5. Visibilité et contraste

L’affiche est un produit souvent utilisé dans la publicité extérieure. D’autre part, l’éclairage n’est pas si fréquent. Lors de la conception, veillez à ce que le texte et les motifs soient aussi bons que possible, même dans des conditions de luminosité faible, c’est-à-dire lorsque la lumière est au crépuscule ou à l’obscurité, et travaillez avec suffisamment de contrastes.

Ne pas faire:

Faire:

Les règles de base de l’impression

Votre design est enfin prêt. À l’écran, il est vraiment sympa et vous avez hâte de le voir couché sur le papier. Cependant, sortira-t-il aussi bien à l’impression ?

Pour résumer, les points à ne SURTOUT pas négliger :

Orthographe : Quelqu’un a-t-il relu ce que nous avons écrit ? Et quand je dis “relu” , je ne veux pas parler d’une relecture en diagonale, à la va-vite. C’est une des choses que nous vous recommandons de déléguer au client.

Fond perdu et marges techniques : Il s’agit de l’erreur numéro 1 rencontrée sur les fichiers envoyés pour l’impression. Toutes les images, les fonds et les éléments qui arrivent jusqu’aux limites du document seront intégrés dans le fond perdu (2 mm tout autour). Cette zone de fond perdu est obligatoire, sachant que le massicot va passer par là pour découper le document. Et de même, une marge technique est à prévoir. C’est une marge dans laquelle aucun élément important (information, texte, logo, etc.) ne devra apparaître. Elle est une sécurité supplémentaire au cas où le massicot bougerait de quelques millimètres. Toutes les imprimeries demandent aujourd’hui de respecter ces deux zones. Attention, au moment d’enregistrer le fichier en PDF, ne cochez pas les options de repères et fonds perdu, ceux-ci étant généralement déjà prévus dans le format demandé pour l’impression. Les imprimeurs se tirent les cheveux avec ces options de traits de coupe, fonds perdus, etc. .Donc si vous souhaitez nous faciliter la tâche, ne cochez rien.

Espace colorimétrique correspondant : Nous pouvons gérer ça dans Acrobat Pro au moment d’enregistrer le document mais la plupart du temps, on le prévoit bien avant. Les images en CMYK et les couleurs Pantone doivent être bien définies. Vous vous demandez quel(s) profil(s) de sortie utiliser pour une impression en quadri ? Par défaut, choisissez l’option « qualité optimale », « sans norme » et « compatible avec Acrobat 5 ». Toutes les options se mettront automatiquement à jour. Pour info, l’espace de travail CMJN préconisé est généralement le Coated FOGRA27. Attention, si vous souhaitez imprimer avec des couleurs Pantone ou en sérigraphie, dans les options de « sortie », pour l’option de conversion de la couleur choisissez « aucune conversion ». Nous recevons parfois même des PDF avec des profils colorimétriques Japan Color 2001. Il suffit simplement parfois de vérifier comment notre logiciel de dessin gère les couleurs, les options colorimétriques prédéterminées peuvent parfois être assez folkloriques.

J’ai vectorisé les typographies ? Oui, certains graphistes s’offusqueront : « On ne vectorise pas une typographie mais on intègre les typographies au design ». Mais, en toute transparence, cette méthodologie n’est pas applicable chez un imprimeur en ligne faisant de l’amalgame. Nous vous recommandons donc de vectoriser vos typographies, pour que le rendu final corresponde à ce que vous imaginiez, et qu’il n’y ai pas un remplacement automatique de polices, et que vous vous retrouviez avec une « Arial » à la place d’une « Arimo ». Cependant, pour vérifier qu’une typographie est bien intégrée au PDF, regardez dans Acrobat / Fichier / Propriétés / Polices.

Orientation des pages : Ça semble une évidence, mais il faut être vigilant et bien penser l’organisation des pages du document. Pour une lecture de document classique, le haut du document sera toujours le haut du fichier envoyé (à moins que vous vouliez une lecture particulière et différente). Quand vous créez un dépliant vous devez envoyer 2 fichiers : le recto et le verso, sur lequel vous combinerez les différents volets. Ne vous trompez pas, si il s’agit d’un dépliant à 1 pli, sur le recto, la couverture du dépliant sera à droite de la ligne de pliage, et le dos sera à gauche. Faites une petite maquette papier pour vérifier que tout est à sa place.

Découpe, vernis sélectif, sérigraphie : Si vous ne savez pas comment ça fonctionne, il est préférable de demander directement à votre imprimeur. Chaque imprimerie a ses manies et sa marche à suivre, selon ses machines et sa façon de fonctionner. Certains préféreront que vous envoyez chaque fichier séparément (le fichier indiquant la forme de découpe et le fichier à imprimer), d’autres que vous incluiez tout dans le même PDF.

Ceci sont les erreurs typiques. Évitez-les en révisant bien tous vos projets avant de les envoyer à votre imprimeur. Ce sont les erreurs les plus courantes, car si on veut vraiment être tatillon, il y aurait beaucoup d’autres choses à prendre en compte. Et comme vous pouvez l’imaginer, ça n’est pas la même chose de réaliser un flyer imprimé seulement sur une face, que de réaliser un catalogue d’art. Et bien que cela semble étrange, les erreurs les plus communes se retrouvent souvent sur les document les plus basiques.